Forum des Terres d'Asylum Roleplay Francophone
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kurtys Scarletsky de Vacdille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kurtys ScarletSky

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 04/07/2015

MessageSujet: Kurtys Scarletsky de Vacdille   Mer 8 Juil - 21:00

Nom : Kurtys Scarletsky De Vacdille

Race : Humain

Taille : 2m 20

Age : 32 ans

Sexe : Masculin

Poids :  Aux environs 100 kg

Yeux :  Noisette le gauche et Blanc le droit (Borgne)

Peau :  Plutôt pâle.

Cheveux : Chatain

Signes particuliers :  Masse musculaire impressionnante, Borgne, Larges cicatrices sur le visage.
Expert épéiste (Particulièrement les longues lâmes à deux mains).

Classe :  Tourmenteur. (http://www.gemmaline.com/tourmenteur.htm)

Métier : Mercenaire

Personalité :  Brute, Opportuniste, Egoiste.

Alignement : Neutre | Mauvais

Facteur de Puissance :  9

______________________________________________________________________________________________
Inventaire :

Bourse : [65 Bronze] [73 Argent] [0 Or]
-----
Armure de Plate en Adamatium,
Epée à longue lame d'Adamantium à deux mains (Appellée "Buran")
Pourpoint de cuir lourd. (Journal personnel dans une poche intérieure)
Echarpe en fourrure sombre
Capuche de cuir noir
Masque de médecin en cuir noir et d'acier.
------
Sac de voyage :
1 Arc de chasse (démonté).
15 flèches de chasse.
1 dague de chasse.
2 gourdes d'eau en peau.
3 miches de pain proteinés.
13 morceaux de viande séchés.
5 petits rouleaux bandages de lin.
4 fioles d'alcool fort.
3 pierres à briquet.
4 pierre à aiguiser.
3 chiffons.
2 petites bouteilles d'huile à aiguiser.
1 sac de couchage.
4 ficelles.
1 mine de plomb.
4 Papiers lettre.
1 Tube de cire rouge.
1 Sceau en laiton aux formes de dragon.
1 Petit carnet de note.
----
______________________________________________________________________________________________
Sorts maitrisés :
(Faible niveau de magie)

Bourrasque :
Ce sort génère une violente rafale de vent (75 km/h environ) émanant de la main tendue du personnage et qui affecte toutes les créatures situées sur son chemin.La force de la bourrasque est telle qu’elle éteint instantanément torches, bougies et autres flammes non protégées. Même celles qui sont protégées (comme c’est le cas pour les lanternes) se mettent à danser follement et ont 50 % de chances d’être soufflées.
Bourrasque peut produire les mêmes effets qu’un coup de vent soudain : soulever le sable ou la poussière, propager un incendie, faire tomber ou arracher un auvent, retourner une barque, ou pousser gaz ou brume jusqu’en limite de portée.
http://www.regles-donjons-dragons.com/Page612.html#Topic804

Décharge électrique :
Le personnage effectue une attaque de contact au corps à corps pour infliger à son adversaire des dégâts d’électricité . Le mage bénéficie d’un bonus de dégat si son ennemi porte une armure métallique (ou majoritairement métallique).
http://www.regles-donjons-dragons.com/Page716.html#Topic924

Rayon de givre :
Un rayon de givre jaillit du doigt tendu du mage, qui doit réussir une attaque de contact à distance pour atteindre sa cible.
http://www.regles-donjons-dragons.com/Page1024.html#Topic913

Rayon ardent  :
Le mage frappe ses ennemis de rayons brûlants.
http://www.regles-donjons-dragons.com/Page1022.html#Topic939

Bouclier:
Bouclier génère un disque de force mobile flottant devant son créateur. Il absorbe les projectiles magiques prenant ce dernier pour cible.  Comme il s’agit d’un effet de force, ce bonus agit face aux attaques de contact à distance intangibles. Il ne présente ni malus d’armure aux tests ni risque d’échec des sorts profanes. Contrairement à un pavois normal, bouclier n’offre pas d’abri.
http://www.regles-donjons-dragons.com/Page605.html#Topic918



____________________________________________________________________________________________


Histoire personnelle [BG] :

                                                 .Journal de Kurtys Scarletsky.
                                             .Les Chroniques d'un mercenaire.
                                                 
___________________________________________________________________________________________________

Avant de commencer quoi que ce soit, je remercie les dieux de m'avoir donner de quoi apprendre à lire et écrire la langue commune. J'ai pu suivre mes cours de lettres grâce aux prêtres, en particulier grâce au père Aldric de Vacdille.
Un jour, mon père m'a eu envoyé donné des vivres à l'église, j'étais jeune.
Père Aldric, m'eut demandé si j'étais inscris à une école, si j'apprennais a lire. Etant fils de fermier je lui répondit négativement. Frappé de pitié l'homme convaint mon père de m'y inscrire, que le savoir était le plus grand des pouvoirs. j'ai donc appris à lire et à écrire  en deux ans, après mon apprentissage, je lu beaucoup perfectionnant mon écriture et ma lecture, maintenant j'ai quinze ans et je suis bien plus dégourdi que certains jeunes mages. Les prochaines pages qui suivront me serviront a perfectionner d'avantage mon écriture.

[...]

J'entâme mon dix-septième printemps, les premières feuilles sortent des brindilles, l'air se réchauffe, la ferme commence a s'activer sérieusement.
On fait le grand ménage, on retourne nos terres pour nous préparer à la saison, Elle semblerait être correct, les prêtres de Vacdille le disent, les dieux sont avec les fermiers cette année. Père et moi s'activons, pendant que mon esprit part dans des songes... Je rève de cette femme que j'ai apercu en ville.
La croiser, sentir son parfum de fleurs, et carresser sa beauté de mes yeux m'a particulièrement affecté, je ne pense qu'à elle... D'après ce bon vieu Crépin, elle s'apellerait Eustaise... La fille de l'herboriste du centre ville de Vacdille...
Les syllabes de son prénom me tourmentent. Je ne pense pas qu'un jour un quelconque rapprochement serait possible mais... Prions pour que je me trompe.

[..]

Je l'ai fais ! Je lui ai parlé ! Elle semble m'aprécier ! Eustaise... Sa voix, ses expressions faciales... Cette femme est parfaite.
Bon d'accord... J'avoue que je suis allé la voir pour des herbes mais... Nous avons un peu discuté et elle semble d'accord pour que je lui montre la ferme.
La chaleur de l'été, les champs de blé en sa présence seront des plus magnifiques, j'ai hâte.

[...]

Voila maintenant 3 étés que nous nous connaissons et que nous nous cachons de tous.
Crépin, le seul au courant, m'a convaincu, il faut que j'aille parler a son père. Je vais l'épouser. Je suis convaincu que la réponse de ma douce sera positive, son père... sera une autre paires de manches...

[...]

C'est l'automne, ça fait un an que je l'ai demandé en mariage, Je suis heureux, Nous nous marions demain...
Je ne pensais pas vivre ça un jour mais nous y sommes enfin. Demain ce jour où nos  âmes seront liées par les dieux. J'ai hâte.
En outre les relations avec Eustaise, je suis encore proche de père Aldric, c'est d'ailleur lui qui nous marient demain. C'est un homme des plus respectable. il a un ami mage qu'il m'a fait connaitre hier, Il s'apelle Lucain, ils se sont mit d'accord. J'ai soit disant un potentiel magique... Lucain m'a proposé de m'apprendre les bases de la magie profane, incroyable. Tout s'accelère et s'enchaine à une vitesse, mon père m'a dit qu'il y a toujours un revers à une médaille. Je m'attends au pire sous peu.

[...]

Deux âmes partent, une autre arrive, père Aldric est parti avant hier rejoindre ses dieux, j'en suis atristé. Aujourd'hui... C'est papa,  Lucain m'a fait comprendre qu'il est mort d'une maladie foudroyante sans me donner plus de détails. Je me retrouve a gérer la ferme seul, J'étais effondré jusqu'a ce que Eustaise me remonte le moral en m'annonçant qu'elle est enceinte. Parfois, je ne comprends pas la vie... Les choses me dépassent à un tel point... Heureusement que l'été dernier était une bonne saison, les vivres sont abondantes nous pouvons tenir ce triste hiver aisemment.
Lucain m'apprend de plus en plus a maîtriser les énergies et comment tout cela fonctionne. Ca me passionne, c'est intéressant. Mais quelque chose m'ennuie...

[...]

Elle est née, je travaille dur, j'ai du mal à tenir la cadence du travail. Mais elle est née, nous l'avons nommé Lulle... Elle vient avec le printemps, une bouffée d'air frais dans notre vie.
Un autre travail s'amorce pour moi en plus, je dois protèger ma famille. Selon des rumeurs venant de l'Ouest, un groupe de pilleurs avance de ferme en ferme et s'approche, ils seraient là d'ici deux saisons. Je n'ai rien contre Lucain mais je ne pense pas que matriser les énergies suffisent à repousser un groupe de pillards. Il faut que je maitrise l'art des lames. Je fais des économies pour m'acheter une épée, j'opte pour une épée longue, ma musculature de fermier m'offre cette option. C'est une chance. Il y a aussi un maître d'armes... Une connaissance de la famille, l'homme semble étre expérimenté selon les dires d'Eustaise, Elle m'a eu dit qu'il formait des soldats de l'armée du seigneur de Vacdille, J'ai confiance.

[...]

Il est impressionnant, Odon... Ce moustachu chauve est un maître d'armes des plus puissant.
Il m'apprend à me battre, pour le moment il  est bien trop fort pour moi les duels avec les épées d'entrainement ne dure que quelques secondes. Il enchaine les coups si rapidement et avec une telle force qu'il me met au sol en deux coups.
Il semble confiant quant à mon apprentissage tout de même. il envisage même de me prendre comme élève à temps plein, je vais devoir laisser un peu de côté la ferme, Ce n'est pas un soucis pour le moment les moissons sont terminées et l'hiver approche, en revanche, j'aurais plus de temps pour apprendre, surtout que Lucain continue de m'apprendre la magie en même temps... J'ai d'ailleurs commencé à apprendre à lancer des boucliers des plus simple. Je commence à prendre le coup, se n'est pas facile mais j'avance. J'ai parlé a Lucain que je suis également un entrainement à l'épée, il a souri et a dit qu'il serait interressant  que je puisse mêler les deux arts de combat en même temps. et que je pourrais mettre au sol n'importe quel pillard lambda.

[..]

Lulle grandit de jour en jour... Eustaise est distante. Je la comprends, malgré que j'essais de lui expliquer que c'est pour elle et Lulle que je fais ça... Cet hiver est froid, Odan est dur avec moi les séances de musculations et de duels s'enchainent dans la neige et la glace... Je stagne dans mon niveau... Pourtant je dois avancer, l'hiver est dur, il ralentira les pillards mais le printemps reviendra vite. Mes deux maîtres se sont mit d'accord d'expérimenter un entrainement spécial sur moi, alliant magie et entrainement physique, je commence officiellement la semaine prochaine.

[..]

Un mois d'entrainement intensif et mon corps et mon esprit change, Eustaise m'a dit hier soir  qu'elle ne me reconnait plus, je suis dans une postion délicate, je passe mes nuits à rêver de leur sang couler dans notre ferme, celui de Lulle et d'Eustaise... Je me dois d'apprendre. Malgré tout mes efforts, Odon me dit qu'il me manque quelque chose. La fin de l'hiver approche, j'espère que je serais près a temps..

[...]

J'ai battu Odon en duel aujourd'hui... j'ai réussi un combo assez impressionnant mélangant un sort de bourrasque et un moulinet de mon épée, ça l'a déstabilisé, il ne si attendait pas, j'avoue que j'ai été aussi surprit que lui, ce combo est sorti assez naturellement... Il a trouvé ça petit et qu'en vrai duel je n'aurais pas pus le tuer, parce que je n'ai jamais tué.
Nous verrons cela, la neige fond, mon entrainement est terminé. Je rentre officiellement a la ferme, je continurai des entrainements  seul tous les jours en attendant qu'ils arrivent. Pour l'heure il est temps pour moi de commencer  à préparer les terres aux récoltes de cette année, j'essaye de me faire racheter par Eustaise... Mais qu'elle soit sûre d'une chose, Buran est moi sommes prêt à la défendre elle et notre enfant.
"Buran.".. Ce nom sonne plutôt bien pour une épée lourde comme elle est, sa rouille lui donne un certain charme qui avec un peu de chance donnera l'envie a ces pillards de me sous-estimer.

[...]

Aujourd'hui, je suis passé de simple fermier à puissant mercenaire qui protège les civils.
J'étais dans les champs derrière la charrue et mon beauf quand j'ai entendu crier près de la ferme de notre voisin et ami Crépin, j'ai tout de suite pensé aux pilleurs. Ils étaient déja là. Je me suis donc mis à courir pour aller chercher Buran. J'ai fais aussi vite que j'ai pu, je l'avais dégainé au cas où.
Mon intuition était bonne, ils étaient une bonne dizaine, armés de glaives, matraques, maillets, petites haches.... Rien qui me fasse peur en soit. Je les ai observé d'un buisson, j'étais qu'a une cinquantaine de mètres d'eux je les observais caché. ils semblaient en vouloir à Crépin il était à genoux encerclé, j'ai cru alors comprendre que leur chef s'approchait de lui pour lui extorquer tout se qu'il avait. Le chef des pillards était armé lui d'une épée batarde qui avait l'air de qualité d'où j'étais. Il était ma cible si j'éliminais leur chef le moral de toute la bande allait chuter... Ca marche toujours comme ça les groupes de sauvages..
J'ai couru vers le groupe, l'épée en avant, hurlant de toute ma rage, ils étaient surprit, j'ai cru même en voir certains sursauter..
Un d'eux me tournait le dos, trop lent... Il eu a peine le temps de se retourner qu'il était déja bien haut empalé sur ma claymore. Son corps retomba brutalement sur le sol dans un bruit de tripe s'étalant sur le sol. Ce bruit était accompagné par l'un de mes cris puissants et des plus horrible. C'était mon premier meurtre...
Beaucoup des pillards devinrent blèmes, certains reculairent. je les regardais un part un, les yeux emplient de haine, essouflé. Le sang avait coulé sur ma longue lâme rouillée, moi et elle en redemandions encore.
Le chef, le visage horrifié n'en démordait pas, il s'avancait vers moi laissant donc Crépin tranquille. Lui était déja au sol les mains sur la tête ne voulant pas voir ce qui se passait.
Il m'eu parlé je crois, il m'a demandé quel était mon nom si je me rapelle, je doute,mais je suis sûr d'une chose, j'ai une nouvelle fois sorti ma fameuse technique de la bourasque/moulinet, ce fut si rapide que la dernière syllabe de sa question était encore accroché à ses lèvres quand sa tête quitta ses épaules.
J'eus ensuite planté mon épée violemment dans son corps qui se vidait déja de son sang par le cou. Les mains sur le pommeau rouillé de Buran, j'hurlais mon prénom aux attaquants.
Ils fuyaient, leurs âmes tourmentées par cette violence brute.
Pauvres hommes... Ils n'avaient encore rien fait dans les fermes alentours qu'ils fuyaient déja, traumatisés, vers l'Ouest.

[...]

Voila seulement trois jours après avoir repoussé l'attaque des pillards, j'ai déja une réputation dans la région, les fermiers de Vacdille réclament les services de garde champêtre.
Le seigneur de Vacdille lui même veut me voir, me féliciter et peut-être discuter de ce fameux statut qu'il pourrait très bien me donner... Il faut que j'en parle avec Eustaise.

[...]

Eustaise ne semble pas vraiment enchantée de tous ces changements dans ma vie et la sienne, il faut bien le dire, Lulle a eu récemment sa première année, et j'avou avoir pensé à bien d'autres choses.  Eustaise semble quand même oublier que sa fille a réussi a ateindre ses un an grâce  à moi.  Toutes ces distances entre nous deux car oui, j'ai rencontré Seigneur Eloi en personne. Il m'a eut proposé de devenir garde champêtre des fermes de Vacdille, Je suis bien payé, Cela me rapporte bien plus que le travail de paysan, donc oui j'ai accepté. J'ai vendu la ferme à Crépin pour un prix d'ami, père serait là il s'en mordrait les doigts. Moi Eustaise et Lulle avons donc déménagé en centre ville derrière les épaisses remparts. Eustaise elle, a reprit l'herboristerie de sa mère non sans regrets de la ferme... Elle semblait s'y plaire.

[...]

De jour en jour mes rondes et mes entrainements s'enchaînenaient, je commence a entrer dans une routine. Aujourd'hui , j'ai eu l'idée de retourné m'entrainer avec Odon, il était content de me revoir. Je dois dire que l'élève a dépassé le maître, je maitrise maintenant aisemment ma lame lourde, Odon a du mal à m'arriver à la cheville. Je savais que mes entrainements rigoureux allaient payer. Il m'a fait quand même comprendre que je me battais bien oui, mais sans armure. Avec une cuirasse en plus pour me protèger de mes parades trop lentes, je risquais bien vite de ne pas avoir le même niveau. Nous avons donc essayé avec des armures de fer d'entrainement, Je pensais que j'allais être bien  plus handicapé que ça, certainement grâce a mon renforcement musculaire, mais on voyait bien qu'Odon avait bien plus pratiqué. avec quelques heures par semaine j'arriverai vite a rattraper son niveau je ne me fais pas de soucis. C'est vrai qu'une armure ne me serait pas de trop... On ne sait jamais, un mauvais coup est vite arrivé.

[...]

Hiver ! Sale saison ! Je la maudis ! Lulle est tombé malade... D'après Lucain, il ne s'agit pas d'un simple rhume. Une maladie étrange, on dirait une genre de peste, je ne m'y connais pas, il m'a expliqué mais moi tout ces trucs là... Eustaise semblait plus receptive, elle est inquiéte. Lucain connait un médecin pour nous aider, il va me mettre en contact avec en espèrant qu'il puisse la soigner...
En outre, je porte maintenant un armure de fer dans mes rondes, j'arrive aux thermes de mon entrainement.

[...]

L'état de Lulle empire. Le médecin croyait que son état allait s'améliorer avec le retour des beaux jours, mais ce n'est pas le cas. Il m'a fait comprendre qu'il avait peut-être de quoi la sauver, une cure expérimentale qui n'a pas encore été testé. Elle coûte très cher. elle dépasserait nos revenus communs a moi et Eustaise. J'ai pris contact avec un banquier pour un prêt... Malgrès toutes ces mauvaises nouvelles Eusteise et moi nous nous sommes rapprochés dans notre malheur.

[...]

L'homme est douteux, mais nous avons pas le choix, Lulle doit vivre. Il a accepter le prêt, et le premier paiement est arrivé avant hier, le médecin a commencé la cure aujourd'hui. Depuis longtemps je n'ai pas prier les dieux, j'ai eu perdu foi il y a des années. il serait peut-être temps de leurs demander miséricorde.

[...]

Nos salaires combinait ont du mal a rembourser le pret au fur à mesure a la bonne date. Le banquier est venu réclamer son dut déja deux fois avec deux de ses laqués. la tension monte, malgré tout je garde espoir, Lulle respire mieux et a moins de fièvre., le médecin est optimiste.

[...]

Rechute. Elle est vraiment mal, Nous somme désespèré. Le médecin connait un médicament a ajouté a son traitement qui pourrait peut être la faire revenir. J'ai accepté directement sans réfléchir. Le banquier...  Maurin qu'il s'appelle... semble ne pas être  d'accord pour un autre prêt, je suis déja en retard de près de deux semaines sur le remboursement. Je l'ai volé... Je n'avais pas le choix, j'ai volé une bourse chez lui a notre entretien, il avait le dos tourné et... Il va s'en apercevoir. Mais qu'il vienne me voir ! J'attends ses hommes ! On les acceuillera Buran et moi !
Avec la bourse volé j'ai pus nous procurer deux dose de ce fameux médicament.

[...]

Maudit soit-il ! Ce Maurin ! Je l'écorcherai !!
Il m'a prit Lulle et Eustaise. Il les a kidnappé et enfermé quelque part. j'ai eu un entretien... musclé avec lui. Il m'a donné un ultimatum pour les retrouver, rembourser mes dettes et l'argent volé. Il m'a expliqué, et je n'ai pas le choix, c'est très simple au final... enfin je crois.
Il m'envoi avec une bonne centaine de personnes dans une expédition peut-être bien suicidaire. Il nous envoi moi et ces types loin au sud, dans une région reculée chaude, désertique, dans  une chaîne de montagnes nommée "Alsar". Dans le plus haut des monts, d'aprés ses informations, il y aurait un dragon endormi sur un gigantesque tas d'or, des millions de pièces d'or et des richesses infinies ! Je n'y connais rien en dragon mais il est bien interessé par mes compétences en gardiennage, Ma mission est simple, Aller avec ces types, les aider à sortir le trésor en entier et escorter une des caravanes d'or jusqu'à Vacdille. Oui parce qu'il va séparer le trésor, brouiller les pistes, etc... Son plan semble, organisé, bien plannifié... Il a pensé à tout. Malgré tout ses défauts que je lui trouve, il doit bien avoir ses qualités a voir l'a où il en est dans ses affaires... Ca serait stupide de le sous-estimer.

[...]

Elles me manquent, voila maintenant plus d'un mois que nous marchons vers le sud et que nous avons quitté Vacdille. Ma famille me manque, j'espère vraiment  que Maurin leur a pas fait de mal...
Je tiens mon journal de jour en jour a chaque pause que nous faisons la nuit. Aujourd'hui , j'ai dû repousser une attaque de bandit avec les autres, il voulaient nous piller nos vivres pour le voyage, rien d'alarmant de notre coté, juste un blessé et bien entendu, ce n'est pas moi. Sinon par rapport au groupe je reste assez en retrait, je ne suis pas parti de Vacdille pour les même motivations qu'eux pour sûr, j'entend parfois des moqueries du groupe a mon égard, certains ont l'air de se connaitre depuis des années, j'ignore tout ça, et je patiente. Je rêve la nuit de ce fameux dragon que nous allons voir. d'après les discussions que j'ai pu entendre des plus informés du groupe, le dragon se serait endormi il y a peu et c'est le moment de passer à l'action. Deux types du groupe seront en charge de maintenir le dragon endormi a l'aide de somnifères puissants et de sortillèges le temps que l'on extrait tout le trésor.

[...]

Nous avons fait un campement à l'entrée de l'antre du dragon, il est affalé dans la première salle, Une grande salle de colonnades énormes, le trésor se trouve à des étages en dessous, Ca ne va pas être une mince affaire de tout sortir... Surtout en voyant la quantité débordante d'or. Des montagnes d'or ! L'or atteint le plafond !! A un étage plus haut se trouve la plus grande bibliothèque que j'ai jamais vu de ma vie ! il doit y avoir autant de valeur de livre que d'or en dessous.  J'exagère peut-être...
Je ne sais pas encore le temps que nous allons prendre, mais d'après le chef de l'escavation  nous allons prendre plusieurs semaines a nous rellier jour et nuit, tour à tour.
Ca promet...

[...}

Il nous en reste un bon tier ! On déblaye les pièces à la pelle ! Imaginez vous ! C'est incroyable. Certains profites pour se remplir les poches, en même temps il y a largement de quoi faire. Le dragon lui était tout aussi impressionnant que le trésor, il doit bien faire une dizaine de mètres de haut s'il serait debout, et au moins... une bonne quarantaine de mètre de long. Il est brun foncé aux reflets rougeâtre, étrange couleur, ma foi , e ne m'y connais pas en monstre.
Les gars était surexcités au début, maintenant on a tous l'impression de sortir de la pierre commune d'une mine sans importance, on passe a coté du dragon endormi comme s'il s'agissait d'un mur... Ca devient une sorte de routine, ca me rapelle ma vielle vie a la ferme...
Ca fait un mois et demi que nous sommes dans ce four qu'est cette région.

[...]

Voila, nous étions la dernière caravane remplie d'or à partir, c'est maintenant que ça va se corser. Les bandits des grands chemins seront nombreux sur notre route... Les différentes caravanes de la troupe sont séparées par des itinéraires différents, je ne sais pas le temps que nous allons prendre pour rentrer, certainement plus qu'à l'aller.

[...]

Un plan ce monte petit à petit dans mon esprit, Je me vengerai.
Aujourd'hui nous étions a trois jours de marche de Vacdille, nous y étions presque.
Lorsque mon esprit était embrumé par le bonheur de bientôt revoir mes proches. Les treinze types qui étaient avec moi se sont mis à tirer leurs armes de leurs fourreaux, Je me suis retourné, ils étaient tous a me fixer, le chariot s'était arrété.
Un d'eux s'est adressé directement a moi,
"Tu n'ira pas plus loin monsieur Kurtys le garde champêtre !" qu'il disait.
Je lui est demandé ce qu'il se passait même si je m'en suis tout de suite douté en entendant les armes se dégainées.
"Ta famille est déja six pieds sous terre, le patron nous a dit de s'occuper d'eux trois jours après leur kidnapping,, elle a bien crié quand on l'a égorgé cette..." Je ne me souviens plus des détails, je me souviens seulement ensuite avoir eu dégainé Buran, et fou de rage je l'ai ait combattu. Un treize contre 1, Je ne pensais pas m'en sortir vivant, mais la rage a aveuglé ma peur de mourir. Dans de puissants cris déchirants les forêts alentours je les ai tour à tour éliminé, la route est maintenant profondémment ensanglantée.
Je suis vite reparti avec le chariot d'or, j'ai donc monté un campement non loin du massacre. Je cherche un plan pour tuer l'assassin de ma famille aimée, en écrivant ces lignes. Je crois savoir comment procèder. Il va falloir que je fasse demi-tour pour une ville que l'ont a dépassé, j'y ai vu un forgeron... Avec des choses interressantes en vitrine.

[...]

Je lui ai tout donné, j'ai donné tout le chariot d'or au forgeron pour de l'équipement, qu'il me vende cette magnifique armure d'adamantium et qu'il reforge Buran dans le même acier. L'adamentium est un des aciers les plus resistant au monde, de couleur noire et presque au poids de plume. C'est un équipements hors de prix sauf pour un type qui vient de piller un dragon et qui est assoiffé de vengeance. Je me suis également trouvé un cheval noir nommé Charon, il m'aidera a rentrer à Vacdille rapidement pour rattraper mon retard et avant que Maurin ne soit prévenu de mon massacre. Je me suis coupé les cheveux, court, pour être aussi léger que mon armure et la nouvelle Buran ! Je serai victorieux.

[...]

Je me suis introduit à Vacdille, j'ai mis Charon dans une petite ruelle très peu fréquentée que je connais non loin de la demeure de Maurin, je ne pense pas avoir éveillé des soupçons.. J'ai pu observer rapidement la maison de Maurin : il y a deux gardes à l'entrée. J'opérerais ce soir à la nuit tombée. mais pour l'heure je médite dans la ruelle cachée.

[...]

Je l'ai fais, Je me suis enfuis loin de Vacdille maintenant, j'ai chevauché nuit et jour ! Les traqueurs de Vacdille sont loin derrière moi.
La nuit tombée, je me suis approché des deux gardes sous un capuchon, je leur est dis que je voulais voir Maurin, que je faisait parti d'une des caravane de son expédition et que c'était urgent. Ils m'ont laissé entrer ces abrutis.
Je suis entré dans son bureau, Maurin était à son bureau entrain d'écrire, de sa voix cupide et prétentieuse :"Oui ?"
J'étais toujours caché et silencieux, je referma la porte doucement, il leva la tête intrigué.
J'ai eu fermé la porte à clé, elle était sur la serrure. Il commencait a comprendre. A ce moment là, il sorti une petite dague d'argent de son tiroir.
J'ai poursuivi la fermeture de la porte en la barricadant avec les étagères qui se trouvaient à coté de la porte d'entrée. Je me suis retourné et tout en avançant vers Maurin qui était debout derrière son bureau. J'ai fais tomber ma cape dévoilant mon identité, il avait l'air surprit, amusant.
Il tenta alors de me mettre un coup de dague dans le bras lorsque je l'approchait pour lui attraper le col fermemant, mais la dague lui échappa de la main quand elle glissa simplement sur l'adamantium, Lamentable. Il dit alors "Pitié !"
Mon deuxième poing en armure qui lui était libre vint alors s'écraser sur son nez avec une force d'enragé ! Son nez s'est enfoncé dans le crâne, il saignait abondamment à moitié assomé dans son grand fauteuil de cuir luxeux. Il hurlait, de douleur et on pouvait parfois comprendre "A L'AIDE !!", les gardes avait comprit qu'il se passait quelque chose. Ils étaient à la porte et tentaient de l'enfoncer. Dans tout le tumulte je dégainais lentement Buran, Maurin avait les larmes aux yeux il voyait déja sa mort arriver. Après un coup sur le front pour l'étourdir à nouveau, je lui tracha le ventre. La lame de Buran s'enfonça alors dans son bureau en acajou sous la pression de mon bras, il hurlait de douleur, il était pathétique à se tenir les trippes qui essayaient de sortir. Mes deux mains librent, les attrapaient, directement de son abdomen et lui posa sur son bureau, pour qu'il voit a quel point il était faible !!! Il me regardait sans pouvoir plus rien dire, bouche bée, Je me souviens ensuite lui avoir hurlé au visage toute ma rage pendant qu'il agonisait, Après avoir détruit son corps, j'ai donc détruis son âme.
Les gardes derrière la porte était fous ! Je sorti de ma torpeur de folie a ce moment, je me suis vengé, mon travail était terminé, Buran fut bien vite rangée dans son foureau, je me suis enfuis en sautant à travers la fenêtre du bureau. J'ai couru à toute jambes jusqu'a Charon dans la ruelle, et mon cheval sortit de la ville rapidement avec moi sur son dos, toutes les cloches de la ville sonnaient, Ils étaient tous a ma recherche, mais j'étais déja à près de deux kilomètres. Je ne pourrais plus jamais retourner à Vacdille, cette ville qui a eu acceilli mon enfance, mon adolescence, là ou j'ai fondé une famille, ou j'ai eu des amis...
Je dois maintenant refaire ma vie, loin, je vais opter pour une vie de mercenaire maintenant... Plus rien me rattache à ce monde, si un jour je dois mourir, ce serait sous contrat.
Je vais partir au Nord, Je verrai bien comment je vais aborder cette nouvelle vie.

[...]

Cinq ans que je suis parti, que je vie de contract en contract dans le Nord du continent, sur les routes. J'ai plutôt une bonne réputation auprès du peuple. j'ai souvent des contracts contre des bandits, des réglements de comptes etc... La vie est plutôt tranquille comme ça, il faut être habitué a tuer et a se battre mais en outre cela, c'est assez reposant avec tout ce qui a pu se passer, Une genre de retraite dans le nord.
Mais ça risque de changer.
Il y a deux jours dans une taverne, remplis d'hommes s'abreuvant j'ai pu aperçevoir dans un coin sombre de la salle, un homme a capuche qui fumait une pipe, elle était dorée. Il me fixait, j'ai pu aperçevoir ses yeux... deux disques argentés aux pupilles effilées. Je repense au dragon alors : comment un dragon peut-il prendre forme humaine.. C'est impossible, il me suit ! j'en suis certains ! Il me traque ! il veut récupérer son argent ! Ce n'est qu'une théorie mais... J'ai tout de suite décampé de la taverne en laissant ma bière se réchauffer sur ma table.

[...]

Aujourd'hui, je dors dans une auberge, un homme m'a dévisagé étrangement en y entrant, comme un autre hier en passant devant une ferme, et un autre encore un peu avant a un carrefour, il m'a même eu demander mon chemin.
Je me sens suivit. Part des dizaine d'hommes postés a des points stratégiques. Des informateurs de quelqu'un d'important. Peut-être, le dragon. Je commence a y réfléchir sérieusement.

[...]

Il m'a attrapé.
Le dragon m'a attrapé alors que je fuyais sa traque incroyable dans le nord, dans  une forêt enneigée a dos de Charon, il est rapide mais pas assez face a un vole draconnique. Je me rapelle qu'il s'est posé devant moi dans un grand fracas de neige. Charon s'est cambré, je suis tombé. J'ai dégainé ma lâme et je me suis lancé contre ses écailles, j'ai aucunes expériences des monstre, encore moins des dragons. J'avais aucune chance mais... Dans un élan suicidaire de fièreté je me suis lancé. j'ai hurlé pour tenter de me donner du courage et l'impressionner, ce fut bien entendu un échec cuisant. Il faisait vingt mètres de haut et ses griffes faisait la taille de Buran.  A dix mètres de ma lâme, il me griffa au visage. Il avait de l'allonge contrairement a moi... A partir de là, je suis à demi aveugle, il m'avait crevé l'oeil droit et dévisagé. J'ai été propulsé en arrière par son coup, je me suis relevé en me tenant le visage. J'hurlais de douleur. Ensuite, il m'a eu craché un gaz, ma vision s'est floutée, j'ai pu aperçevoir un homme à capuche s'approcher de moi et des bruits de chevaux avant de perdre connaissance.
Je me suis réveillé désarmuré, désarmé, attaché. J'étais dans un bâtiment abandonné et sombre, presque en ruine. L'air était beaucoup plus doux. Je crois que je me suis aperçus alors que j'ai fais un voyage "instantanné" pour ma concience de quelques milliers de kilomètres vers le sud.
L'homme à capuche était là, assit sur une vieille chaise, il fumait sa fameuse pipe d'or en m'observant me réveiller.  J'ai craché mes poumons, il a sourit. Mon oeil et mon visage semblait soigné, mais je suis borgne maintenant... Ce fut mon seul échec au combat et il restera marqué a vie.
Il s'est présentait, il s'appellait "Kyureth" dragon des monts Alsar., J'ai tout de suite compris que c'était bel et bien le dragon que l'ont a volé. Après une petite discussion avec lui, j'ai compris alors ma facheuse position, il était au courant de tout. Il a mené son enquête avec un réseau d'informateurs, il a remonté toutes les embrouilles de Maurin jusqu'à moi. Dommage pour lui je n'ai plus rien a lui redonner, j'ai bu ses paroles, s'est un bon orateur, il n'y a pas à dire, il a un pouvoir de suggestion puissant. Il veut que je travaille pour lui, pour lui "rembourser" le vol... Que j'entre dans un ordre dont il est maître, "Le nouvel Ordre du caravage", Les buts de lui et sa "guilde" semble bien honnorables : La justice, le pouvoir, l'observation, combattre les seigneurs impies et les gens trop bons donnant beaucoup trop et déstabilisant l'équilibre du monde. La neutralité parfaite, voilà leur but.
J'ai accepté, c'est ça ou il me tuait. J'étais sous son emprise. Nous étions dans un village abandonné, en pleine forêt à coté d'une citadelle. D'après lui c'est un des "QG" de la guilde et qu'il veut réhabilité le village et la citadelle pour la guilde. Le village tombe en ruine, je ne sais pas comment il va y arriver, mais bon... Après tout c'est le gérant.

[...]

Aujourd'hui c'est mon anniversaire, j'ai 32 ans. Ca fait deux ans que je travail pour le dragon, que je vogue en solo sur les routes pour des missions diverses qu'il me donne via des messagers venant de toutes parts du continent.
La guilde est vieille,petite mais ses causes sont grandes, je suis maintenant complétement voué à la cause de l'écailleux à capuche.
Hier il m'a donné pour mission de quitter le continent pour un autre, observer une cité humaine grandissante du nom d'Asylum et étendre le pouvoir de l'ordre en ces terres. Elles sont un carrefour économique et migratoire du continant, ça va être interressant.
Je prends donc le bateau pour ces terres avec Charon et... Une rouquine archère, elle fait partie de l'ordre, je ne l'ai jamais rencontré et je dois faire équipe avec... Je me demande comment tout cela va se dérouler. C'est peut-être un nouveau temps de tranquillité qui s'avance vers moi...




Dernière édition par Kurtys ScarletSky le Ven 10 Juil - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velenosa

avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 13/05/2015
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Kurtys Scarletsky de Vacdille   Jeu 9 Juil - 17:01

Whaaa ! ça c'est de l'histoire complète! Super et bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kurtys Scarletsky de Vacdille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Asylum :: Présentation :: Fiche Personnage-
Sauter vers: